Visite privative de la galerie Kugel

Chargement de la carte…

Date / Heure
Date(s) - 10/11/2012
Toute la journée

Lieu : Galerie Kugel
25 quai Anatole France
paris

Nombre de places restantes : 0


La galerie Kugel est une des plus belles et prestigieuse galerie d’art, la décoration de l’hotel Collot rivalise très aisement avec celles des plus prestigieux ministeres, l’ensemble des pièces créé une ambiance allant de la Renaissance au XVIII e siècle Français, chacune offrant un cadre approprié pour accueillir le large éventail de meubles et autres œuvres d’art de la collection Kugel. La nouvelle exposition de la galerie Kugel, organisée avec la Grünes Gewölbe de Dresde et la Frick Collection de New York, a pour sujet l’œuvre de Johann Christian Neuber (1732-1808), orfèvre et minéralogiste à la Cour du prince Fréderic-Auguste III de Saxe. Alors que dans « l’Europe des lumières » Paris était la capitale incontestée du goût et de la mode, en particulier dans le domaine des tabatières, Neuber sut intégrer le génie de l’art français et le transcender pour parvenir à un style personnel et novateur. Il fut ainsi l’un des rares artistes allemands à atteindre une renommée européenne. Mais Neuber est avant tout l’auteur de l’un des chefs-d’oeuvre de l’art occidental, et certainement le meuble le plus extraordinaire conçu au XVIIIe siècle : la «table de Breteuil». Ce chef d’œuvre inestimable a été déclaré Trésor National et n’a quasiment jamais quitté le château de Breteuil. Les circonstances de sa réalisation sont à la hauteur de l’ouvrage, puisqu’il s’agit d’un cadeau destiné au principal médiateur de la paix de Teschen, en 1779. Conçue sur le modèle de ses tabatières en Steinkabinett, elle est réalisée en métal, pierres fines et dures, son plateau comporte 128 échantillons des plus belles pierres de Saxe. Encore conservée dans la famille pour laquelle elle a été réalisée. L’exposition offre l’opportunité unique de faire découvrir la « table de Breteuil » ainsi que d’autres œuvres monumentales récemment découvertes : «la console de Moritzbourg » réalisée pour Fréderic-Auguste III de Saxe, ainsi qu’un élément du surtout offert par celui-ci au prince Repnine, considéré jusqu’ici comme perdu, composé d’un groupe allégorique en porcelaine de Meissen reposant sur un socle précieux de Neuber.